Contenu

Séparer dans le temps les principaux mouvements en conflit dans une intersection

publié le 17 juin 2008 (modifié le 26 mars 2009)

Les signaux lumineux permettent de gérer les flux de circulation en conflit dans une intersection, en autorisant certains mouvements (par exemple mouvements issus d’une rue principale et piétons traversant la secondaire) pendant que d’autres sont bloqués (mouvements issus de la rue secondaire et piétons traversant la rue principale).

Ne pas abuser des signaux lumineux :
Les signaux lumineux ne sont utiles que si les créneaux dans les flux ne sont plus suffisants pour permettre aux différents usagers de traverser confortablement l’intersection sans prendre de risque.

Ainsi, la mise place de signaux lumineux ne doit être envisagée que si aucune solution en écoulement libre (carrefour à priorité à droite, cédez-le-passage, stop, giratoire) ne donne satisfaction.

La présence d’un carrefour à feux proche d’une autre intersection, favorise l’existence de créneaux plus longs sur l’intersection. Si ces créneaux sont suffisants, alors la mise en place de feux n’est pas utile.

Particularité des piétons :
En milieu urbain un carrefour à feux sur deux est justifié par les piétons, car le créneau permettant à un piéton de traverser une intersection est plus long que celui requis par un véhicule léger.

Les piétons éprouvent des difficultés à traverser une chaussée :
- si le trafic est supérieur à 600 véhicules par heure deux sens confondus ;
- si le trafic est supérieur à 800 véhicules par heure pour une chaussée à sens unique.

Augmenter la durée des créneaux sans feux :
Sans reccourir aux feux, l’augmentation de la durée des créneaux peut se faire au niveau de l’aménagement en décomposant le carrefour en plusieurs intersections simples (carrefour à sens giratoire) ou par la mise en place d’îlots-refuge permettant aux piétons de ne traverser qu’un seul sens de circulation à la fois : les créneaux dans le trafic sont alors plus longs et plus simples à repérer pour le piéton.